Ces questions qu’on nous pose

Retour en France. Depuis quelques jours déjà, qui deviennent rapidement des semaines. On trie les photos, on déballe les valises, on offre les cadeaux souvenirs, on finit les livres commencés.

On arrête de se poser des questions tous les matins et la vie (re)devient tout à coup plus simple. On retrouve ses marques, ses repères, ses amis, sa famille. Et ce sont eux qui commencent à nous poser des questions.

A. Il y a les gens qui ne savent pas par quoi commencer :
« Bon l’Inde… T’as appris quoi ? »
« Alors c’était comment ? »
« Pas trop dur le retour ? »

B. Ceux qui confondent année à l’étranger et coma :
« Bon mais, tu sais ce qui s’est passé en France, hein, le mariage gay / l’affaire Cahuzac / la déroute de l’UMP ? »
« Tu te souviens où j’habite, tu vas trouver le chemin ? »
« Mais tu te rappelles que c’est fermé le dimanche hein ? »
« Tu parles encore Français haha?  »

C. Les questions un peu étrange et/ou dérangeantes :
« Et là-bas, tu t’es fait des amis ? » (non, je vivais en ermite dans une grotte, me nourrissant de racines et faisant du yoga)
« Comment ça se passe au niveau du transit intestinal ? » (tu veux vraiment savoir?)

Difficile de parler de ces aventures à un public vraiment consentant… D’autant qu’il faut voir l’Inde pour y croire ! Heureusement qu’on a parfois le droit à des questions un peu plus intéressantes (quand même!). Si vous voulez tout savoir, mettez un commentaire sur cet article et je vous enverrai mon rapport de troisième année (une vingtaine de pages) écrit pour Sciences Po.

La page suivante

Dernier jour en Inde, Marine Drive, Bombay

Dernier jour en Inde, Marine Drive, Bombay

Mon année en Inde s’est achevée le 5 juin 2013. Ce blog va rester en vie le temps de me permettre de finir de partager quelques expériences de mon retour. Expériences tellement riches qu’elles ne m’ont pas laissé le temps nécessaire pour les commenter.

L’Inde, ce n’est pourtant pas fini pour moi. Il y a les gens auxquels je tiens, les petites habitudes qui ont changé, et les nouveaux intérêts qui accompagnent mes pensées.

Je ne sais si je tiendrais ma promesse d’y revenir – Inshallah. En attendant, je bats la nostalgie qui essaie de s’installer en vivant d’autres aventures !

Les prochaines pages de ma vie : la Turquie, l’Italie, et -finalement- la France. A temps pour le 14 juillet !

En espérant que vous avez apprécié suivre mes aventures.

On achève bien les chiens blessés…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Delhi, c’est une ville tellement complexe, immense, indescriptible, que lorsqu’on en parle, on oublie parfois d’en mentionner des éléments essentiels. Je réalise notamment que je n’ai pas du tout parlé des chiens errants de Delhi (et du reste de l’Inde). Ce doit être parce qu’ils font tellement partie du paysage que l’on ne s’attarde plus sur leur présence. Je pourrais vous parler du chien sale, boiteux et dégarni qui vient dormir toutes les nuits devant le pallier de notre porte. De celui qui laissait une odeur de mort dans le hall d’entrée de l’ancien immeuble où j’habitais. De l’Indien qui m’avait dit « Oh tu sais que là où t’habites, il y a plein de chiens la nuit?« . De ma compatriote à Jamia qui voulait adopter les chiots errants nés à côté de notre département. Je pourrais en fait écrire un roman sur les chiens errants de Delhi (bien plus nombreux que les chats d’ailleurs). Mais le temps manque (le mien comme le vôtre). On va donc se contenter d’un seul chapitre. 

Ça se passe fin avril, époque où Delhi ne s’était pas encore transformé en four réglé sur pyrolyse. Un groupe d’amis mange dans un restaurant vers New Friends Colony. En sortant, ils entendent un bruit étrange. Derrière un pot de fleurs, ils trouvent un petit chien, visiblement blessé au niveau de l’arrière-train, la plaie couverte de mouches, qui aboie plaintivement. Choqués et touchés par l’état de la pauvre bête, ils se demandent quoi faire, quand l’un a la bonne idée de proposer d’appeler une association. Smartphone aidant, ils trouvent le numéro, appellent et ont une réponse : Les « Friendicoes » passeront dans une demi-heure. Un vendeur d’une boutique attenante, attiré par l’évenement, s’approche, et voyant le chien qui esquisse quelques pas, lui donne deux grands coups de pied exactement sur la plaie. (Oui, en Inde, pays dit « inventeur de la non-violence »). Une indienne du groupe, le choc passé, se précipite pour arrêter l’homme, qui semble prêt à continuer dans sa lancée jusqu’à ce que mort s’ensuive. Elle crie en hindi, insulte l’homme, écoeurée par tant de brutalité gratuite et inutile. Peureux, lâche, mais pas le moins du monde repenti, l’homme fuit. 

Les amis restent, guettant l’arrivée de Friendicoes, épaulés dans leur tâche par deux petites filles qui mendient dans le coin. Les Friendicoes arrivent au bout d’un peu plus d’une heure et emportent le chien. Celui qui a eu l’idée de les appeler fait un don de 200r (autrement, le recours à l’association est gratuit). 

« Le chien dont nous nous sommes occupés suite à votre appel est mort de ses blessures. Nous avons essayé de le sauver mais, malheureusement, il était trop tard. »
Message de l’association sur le téléphone portable d’un des amis.

En Inde, on achève bien les chiens blessés…

Trek au Nepal, mode d’emploi façon meuble IKEA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Modèle: NT.

Par voie aérienne, terrestre ou souterraine (réduction de 50% pour les fous de la 3ème option), vous entrez dans le grand supermarché du TREK appelé Népal. Le choix est immense, et les noms tout aussi farfelus qu’à IKEA. Certains, tout comme l’illustre bibliothèque Billy, sont des classiques indémodables : Camp de base de l’Everest, tour des Annapurna. Certes. Mais le prix est légèrement plus élevé que le range-livres suédois, même en roupies népalaises. Donc, il faut varier, et trouver son trek sur mesure. Pour nous, ce fut le Langtang.

Présentation de l’objet : Langtang heritage trek
– location au sein de notre boutique : à quelques tumultueuses heures en bus au nord de Katmandou, capitale, à une vingtaine kilomètres du Tibet seulement.
– hauteur : 3200 mètres,
– longueur : 4 ou 5 jours,
– couleur, design et particularités de l’objet : du vert rizière, des villages tibétains et des sommets enneigés au loin.
– prix : 80€, livraison transport, mode d’emploi guide et permis du gouvernement inclus.

Précautions d’emploi !

1. Le bus népalais local est réservé aux experts des TAHR (Transports A Haut Risque). En théorie disposant de 40 places assises, il contient en réalité 120 personnes dedans et dessus (et je ne veux pas savoir combien sont passées dessous), une trentaine de sacs de randonnées, des sacs de riz/patates/maïs, des bouteilles de gaz, des cartons de vaisselle (en métal) etc… Le concept de « route » est abandonné au profit de celui, plus drôle, d' »étroit sentier bordé de ravin, avec des cailloux, parfois d’énormes flaques d’eau, des virages en épingles à cheveux et souvent une moto à contresens qui arrive dans une montée » et le concept de « conduite régulière, prudente et mesurée » oublié pour « un chauffeur en marcel qui accélère dans les descentes et pendant les virages en klaxonnant parce qu’on va pas y passer la nuit ». Si vous avez peur de mourir, une relaxante musique à base de piaillements d’oiseau, de violons suraigus, et de voix de femme hystérique criant des paroles d’amour en hindi vous distraira sûrement. Prévoir bouchons d’oreille, anti-vomitifs et fermer les yeux. 

Notre bus, une fois le devoir accompli

Notre bus, une fois le devoir accompli

2. L’acquisition de l’objet Trek du Langtang entraine un renoncement temporaire à d’autres objets de la vie de tous les jours auquel l’acheteur n’est pas habitué : Internet, téléphone, électricité (souvent), salle de bain individuelle, eau chaude, et, dans les cas les plus extrêmes, eau tout court.

Décharge de responsabilité : 

a) L’absence d’exercice physique et/ou le fait de vivre dans une ville archi-polluée pendant une année entière augmente la difficulté d’utilisation du Trek Langtang. Le Népal ne saurait être tenu responsable d’effets secondaires dus à une utilisation du Trek Langtang dans de telles conditions (courbatures, courbatures, courbatures).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une petite pente, douce… Avant de repartir pour 800m de dénivelé….

b) Les attaques d’araignées et de serpent sont fréquentes au contact du Trek du Langtang. Il s’agit pour chaque acheteur de se montrer prudent et de ne pas céder à l’hystérie collective.

Utilisations et bénéfices de l’objet Trek du Langtang

Le trek du Langtang favorise les rencontres avec des Népalais-e-s intéressant-e-s et adorables.

Neema, gérante de la Pema guesthouse.

Neema, gérante de la Pema guesthouse.

Manger de la crème de marron française à 2700m d’altitude est un moment que vous n’oublierez jamais.

Garanties :

1. Le Trek du Langtang est garanti sans pollution, sans klaxon et sans voitures.

2. Le Trek du Langtang est garanti Daal Bhât de qualité dans tous les lodges qu’il contient. C’est en plus le seul moment dans votre vie pendant lequel vous aurez l’impression de mériter toutes ces calories…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le Daal Bhât : du riz, du daal (soupe de lentilles), un curry de légumes et pommes de terre, et parfois du poulet. Matin, midi et soir.

3. Le Trek du Langtang est garanti (presque) sans touriste(s).

4. Le Trek du Langtang est garanti paysages magnifiques et souvenirs mémorables. 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Quand on part dans un mois

Je reprends les rennes de ce blog, car c’est un jour important.

J’ai écrit le tout premier post de ce blog le 4 Juillet, 15 jours tout juste avant de partir en Inde. Face à l’excitation, la joie mais aussi le stress que m’évoquait le départ, j’éprouve aujourd’hui de la tristesse et une certaine appréhension à l’idée de partir. Je suis satisfaite (et c’est un faible mot) de mon année, de mes dix mois et demi pour être exacte. Je sais que ce qui m’attend au retour n’est pas si sombre : la famille, les amis, les vacances et un beau master.

Mais je sais aussi ce (et ceux) que je quitte.

J’ai conscience d’avoir beaucoup, beaucoup appris, et de pouvoir apprendre encore. Je suis venue avec des questions, je repars avec encore plus de questions.

J'ai quand même vécu quelques clichés cependant...

J’ai quand même vécu quelques clichés cependant…

Je ne suis pas devenue une passionnée de Bollywood. Je n’ai toujours pas compris les règles du cricket. Je ne trouve toujours pas la moustache sexy. Je ne parle pas couramment hindi. Je ne suis pas allée à un mariage hindou. Je ne porte pas de saris. 

Je n’ai pas expérimenté ces clichés indiens. Un jour peut-être.

Pourtant, je me suis intégrée, devenant petit à petit une personne à part entière et non plus seulement « the French« . Souriant ironiquement lorsque des amis indiens m’expliquaient comment prendre le métro à Delhi. Reclamant des « treats » (une invitation au restaurant / à boire un café / à n’importe quoi impliquant de la nourriture) à tout va pour des raisons bidons (c’est l’anniversaire de ton chien / t’as réussi ton exam / t’as arrêté de fumer depuis quatre jours) et donnant des treats à mes amis pour le même genre de raisons (quand ma carte bleue s’est débloquée / quand j’ai écrit un article pour Tehelka.com etc). Mangeant plus épicé que mes amis indiens, à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit.

Ce qui est drôle avec les Indiens, c’est qu’ils croient que ma vie en Inde commence le jour où je les ai rencontré. Du coup ils me posent des questions (un peu toujours les mêmes) sur ce que j’ai vu à Delhi, la nourriture que j’ai testé, et les voyages que j’ai fait en Inde, toujours surpris que j’en ai vu autant. Et c’est en répondant à ces questions au bout de huit ou neuf mois qu’on se rend compte que ça y est, on a nos adresses favorites à Delhi, hors des guides. Des endroits où l’on se rend les yeux fermés, où les proprios nous reconnaissent. Une liste de choses à faire « une dernière fois » avant de partir. 

C’est cette liste que je suis en train d’élaborer, en me demandant s’il n’y a pas déjà des choses que j’ai fait pour la dernière fois à Delhi, sans en avoir conscience.

Alors, un jour, je reviendrai. Avec la liste des choses « qui m’ont manquées ». Ça sera une longue liste…