Le lien entre 5 sms et 80 morts…

… n’est pas évident à établir. Sauf en Inde.

Flashback. Nous sommes le 18 août, je suis à Amritsar. Après avoir visité l’intérieur du temple d’or, je dois retrouver quatre amis pour déjeuner à la « Free Kitchen » (voir article précédent). Naturellement, je leur envoie un sms à tous les quatre pour indiquer ma position. Au bout du deuxième, « message failed to be delivered ». Je recommence mais rien n’y fait. Tant pis, je finis par les retrouver quand même (presque tous). Ce n’est que plus tard, en ressortant mon portable, que je vois que j’ai reçu un sms un peu étrange de Vodaphone :

« Dear customer! You have sent 5 SMS today. As per instructions from the Government Regulatory, only 5 SMS can be sent per day ».

En rentrant de voyage et en retournant à l’intense vie sociale New Delhite j’ai réalisé ce que cela voulait dire : impossible d’envoyer plus de 5 sms par jour pour tous les téléphones indiens. Quoi, pourquoi, combien de temps ??

Mes recherches dans la presse indienne anglophone ainsi que quelques questions à des amis m’ont un peu renseignée. Cette mesure prise par le gouvernement indien pour les quinze jours à venir vise plus ou moins à limiter les vagues de violence qui ont en ce moment lieu en Assam, au Nord Est de l’Inde et qui se propagent parmi les communautés assamaises de toute l’Inde.

Carte de l’Inde, avec l’Assam

Vous ne voyez pas franchement le rapport entre moi, qui essaie gentiment d’organiser une soirée sans passer 4heures au téléphone (oui parce qu’on peut toujours appeler autant de temps qu’on veut – tant qu’on paye bien sûr) et des gens qui se massacrent à plus de 2000km ? A vrai dire, moi non plus. Mais la logique indienne est imparable. Je vous fais le topo :

1. Le problème : des violences ont fait près de 80 morts en Assam, plongeant la région dans une crise plus qu’inquiétante. Des menaces de mort ont également été envoyées à des Assamais vivant dans le reste du pays.

2. La question : Que faire pour limiter au maximum ce phénomène, et enrayer la violence ? (en plus des morts, les événements ont causés d’immenses déplacements de la population, touchant presque 500 000 personnes)

3. La réponse.
a. Une réaction logique de la part du gouvernement indien serait certainement d’envoyer des gens enquêter sur place, et d’essayer de résoudre la crise à sa source (même si je reconnais que c’est plus facile à dire qu’à faire).
b. Comme la solution a est un peu difficile à mettre en place, risquerait d’être critiquée, voire même de coûter cher politiquement, il faut trouver autre chose. C’est là que les politiques sont très malins.

4. Constat : Pour que des violences en groupe soient organisées, pour que des menaces soient communiquées, il faut bien que les gens se contactent. Or, comment se contactent les gens en 2012 ? Par sms.

5. Eurêka ! Voilà, il suffit donc de bloquer les sms dans tout le pays pour que les gens ne puissent pas se contacter, donc pas se réunir, donc pas agir, donc pas être violent. Brillant non ?

Ne pouvant pas envoyer des textos, il s’agit de trouver une nouvelle utilité à son portable… (Copyright L.T. & N.T.)

Bien sûr, l’éventualité que des gens voulant commettre des violences puissent se contacter via un simple coup de fil ou par Internet est totalement exclue.

Et, pour aller plus loin, une rubrique spéciale « Toi aussi, résous tes problèmes du quotidien à la manière du gouvernement indien » :

* Si une ampoule est cassée, au lieu de la changer, apprends à vivre dans le noir.
* Si tu vis dans un endroit où il y a beaucoup de vols, jette tous tes biens de valeurs pour ne pas avoir besoin de faire attention dans la rue.
‎* Si ta douche est bouchée, lave-toi avec un gant de toilette au lieu d’acheter du Destop (copyright J.S.)
* D’autres idées ?

 

Ps : Parce que ce qui se passe là-bas va bien au delà de mes désagréments téléphoniques, – même si la presse française n’en parle pas – je suis en train de vous préparer un article un peu plus complet sur l’Assam (mais ça demande de se pencher un peu sérieusement sur la question).

Publicités

3 réflexions au sujet de « Le lien entre 5 sms et 80 morts… »

  1. Mais, pourquoi on n’y avait pas pensé plus tôt ? Sachant qu’il suffit peut être d’un seul sms, d’un seul lieu de rendez-vous envoyé à certaines personnes pour avoir une manifestation… Une fuite en avant, et d’ici très peu de temps, les récalcitrants auront trouvé (si ce n’est déjà fait) un autre moyen de se contacter..
    Solution temporaire pour évacuer le problème.

    dans la rubrique « résous tes problèmes à la manière du gouvernement indien » on pourrait en trouver d’autre pas mal à mon avis :p

  2. Même si elles sont certainement ironiques, tes deux propositions « rubrique spéciale » sont pas si débiles que ça. Elton John a parlé.

  3. Ping : La situation en Assam pour les nuls | Une étoile dans la vallée

Manifester son admiration/son indignation

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s