Le colis ne suffit pas

Vendredi, j’ai reçu un colis, après 6000km et 12 jours de péripéties. A l’intérieur, entre toutes les délicates attentions, j’ai eu la joie de découvrir trois petits paquets de parmesan râpé. Une fois passé mon choc face à l’efficacité de la poste indienne, j’envisageais donc de cuisiner un pesto maison, à déguster avec des pâtes (oui je suis comme ça).
– Parmesan ? Check
– Huile d’olive ? Check
– Ail ? Check
– Pignons ? Manquent à l’appel
– Basilic ? Manque à l’appel
– Sel, poivre et le petit mixeur trouvé chez moi feront l’affaire.
Le colis ne suffit pas, il faut encore trouver du basilic et des pignons…

Basilic. Basil. C’est pas compliqué si ? (Photo: Internet)

Je me rends donc dans mon marché. Les commerçants de légumes comme ceux d’épices ne semblent pas avoir entendu parler de pignons, et ne se montrent pas non plus très coopératifs pour trouver du « basil » (basilic en anglais). Nous persistons cependant, jusqu’à ce nous retrouver avec un pot de vaseline dans les mains. Oui, « Vaseline », « Basil », c’est la même chose, devait penser le vendeur jusqu’au moment où il a vu nos mines déconfites (et le mot est faible !). Je crois que je préfère ne pas faire plus de commentaire sur cette anecdote…

Indiens jouant au Carrom (Photo: Internet)

C’est donc en dégustant des pâtes avec un pesto à base de coriandre fraîche, basilic séché et amandes réduites en poudre que j’ai appris à jouer au Carrom. Le Carrom, c’est un jeu très populaire en Inde dont le but est de faire rentrer le maximum de pions dans les trous situés au quatre coins du plateau de jeu (qui doit faire environ 1m2) en donnant une pichenette au palais. C’est à peu près au billard ce que le Babyfoot est au foot. Et je dois dire que les Indiens qui jouaient avec nous étaient très forts, mais que j’ai fini par gagner parce que l’un d’eux a eu la bonne idée de dire « The one who puts the last one inside wins the game ». Aaaaand I did. J’imagine que ce délicieux pesto fait avec les moyens du bord a eu un effet dopant sur mes capacités de concentration.

Sinon, j’ai trouvé du basilic aujourd’hui dans un autre marché, pour 3 Roupies les 20g. Soit 4 centimes d’Euros. Sauf que le trajet pour aller à ce marché me coûte dix fois plus, soit 30 Roupies ! Un peu paradoxal, mais on n’est pas en Inde pour rien…

PS : Notez la référence du titre au James Bond « Le Monde ne suffit pas ». Presque d’actualité, vu que Monsieur Bond fêtait ses cinquante ans hier.

Pierce Brosnan, James Bond Boy dans Le Monde ne suffit pas (Photo: Internet)

PPS : Cet article est un peu court et pas très intéressant mais je trouvais ça drôle. Bientôt, un article avec des applaudissements, des cris, des larmes, de l’hindi, New York, des danses, et du French lover. Un indice : je vous parlerai de ma dernière sortie au cinéma.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Le colis ne suffit pas »

  1. tu te fais vraiment ch…pour rien, y’a pas un cora ? tu y vas et tu achetes du pesto de chez pasta gusto, c’est le meilleur. Si tu veux je t’envoie la cate cora…bisoux

Manifester son admiration/son indignation

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s