Les 10 commandements de l’estomac (2/2)

La première partie de l’article, c’est ici.  

5. Le nom des épices tu apprendras

Leçon n°13 de l’Assimil (la Bible pour apprendre l’hindi) : les épices (masale). Dans une autre langue, je l’aurais sûrement passée, mais pas ici. Les cartes de restaurant sont rarement traduites en Anglais. Evitez donc tout ce qui contient le mot « mirc » (prononcer « mirch »), vous risquerez d’avoir des surprises… pimentées… Curry, cardamome, curcuma, gingembre, coriandre et cannelle deviendront bien vite vos meilleurs amis, des masala chips au dessert (pas au curry le dessert, mais souvent à la cardamome et à la cannelle).

Vendeurs d’épices & condiments à Old Delhi

6. Le lait fera passer tout ça

Les épices, ça brûle gentiment (ou moins gentiment) les papilles et l’estomac. L’astuce pour s’en sortir vivant, c’est le lait et le yaourt. Bien souvent, votre repas sera donc accompagné d’une petite raita, un ensemble de légumes (concombres, carottes, tomates ou tous à la fois) plongés dans un yaourt un peu salé et liquide. Mais prenez garde : La traitresse est parfois aussi épicée que le reste !

Dans ce cas vous pourrez consoler votre tristesse avec un lassi : une boisson faite à partir d’un yaourt légèrement fermenté et souvent sucré (le salted lassi, j’ai testé et désapprouvé), avec parfois même des fruits. Banana lassi ou mango lassi, choisissez votre camp !

Pots en terre des lassis, bon pour le recyclage, Jaipur

7. Aux snacks tu résisteras

Il y a des jours comme ça où le temps file et l’on en oublie de s’alimenter. Ou alors on marche des heures et une méchante fringale fait son apparition. Pas de soucis, l’Inde a tout pour vous. Les samosas bien chauds qui sortent de la poêle à frire pour 5 Roupies pièce (7 centimes d’Euros), les momos, qui se rapprochent des dim sum servis dans les restaurants chinois en France (en gros, des raviolis chinois, cuits à la vapeur et parfois frits) donc un plat vous remplira l’estomac pour 50 Roupies (70 centimes) ou encore les Pakoras, des légumes frits dans une espèce de farine un peu épaisse et de l’huile de moutarde, un vrai délice (mais attention, il y a parfois des pakoras au piment, et ça c’est méchant)… Que rêver de plus ?

8. Les fruits exotiques

Empilage des fruits qui finiront dans mon smoothie…

C’est en Inde qu’on apprend que pour les mangues aussi, il y a une saison (malheureusement, ce n’est pas l’hiver, je me console dans la papaye et l’ananas). Pas pour les bananes en revanche, le fruit roi à toute heure du jour et de la nuit (pas compliqué à éplucher, on respecte bien les consignes du commandement n°1). Pamplemousses géants, grenades et aussi mossambi, des oranges vertes bien acides peuplent les jus de fruits fraîchement pressés auxquels je ne peux résister (parfaits pour se requinquer pendant une virée shopping à Lajpat Nagar par exemple). Il y a tout de même quelques fruits étranges, que mon « fruit-walla » (marchant de fruits) s’empresse de me faire goûter lorsqu’il aperçoit mon regard interrogatif. « Naie fruit naie fruit » (nouveau fruit) m’indique-t-il en épluchant un petit truc vert foncé. La séance dégustation n’est pas toujours un succès, mais au pire, il sait que je me rabattrai sur un bon vieil ananas épluché par ses soins.

9.  Mitai (pâtisseries)

Les Indiens n’ont pas la tradition du dessert. Cependant, les boutiques de pâtisseries/sweets/mitai pullulent et pour une somme dérisoire, vous pouvez faire exploser votre taux de glycémie. J’ai déjà mentionné le classique Laddu (mon préféré est celui à la Coconut), mais il y a bien pire ! Les sweets bengalaises, par lesquelles j’ai commencé mon apprentissage des pâtisseries indiennes, sont sans doute les plus sucrées : une bouchée suffit à vous écoeurer (presque) à jamais. Barfis, Patissas… la base est simple: du gras, du sucre, souvent du lait. La Gulab Jamun se déguste chaude trempée dans du sirop. Bref, si les commandements 1 et 5 pouvaient faire penser que je reviendrai avec quelques kilos de moins, celui-ci vient -littéralement- faire pencher la balance.

10. Par un chai tu finiras

Merveilleuse boisson indienne qui me ferait presque oublier le café (FAUX!), le chai, ce thé au lait et aux épices (et au sucre) accompagne toutes les fins de repas, les intercours et les petits-déjeuners un peu frisquets. Pour les nuits blanches, c’est un peu moins efficace qu’un café bien noir. Ce qui tombe bien, vu que le stress lié à mes cours indiens est proportionnel au taux de caféine contenu dans les boissons chaudes : très faible. J’ai quand même bien rigolé en faisant goûter à mes amis indiens du vrai café noir sans sucre, ni lait, ni épices importé de France et fait avec la cafetière à l’italienne que j’ai trouvée dans mon appartement.

Conclusion 1 : Je pense que je trouverai la nourriture française bien fade à mon retour, et que je rapporterai un bon stock d’épices ainsi que quelques habitudes du sous-continent. Méfiez-vous donc de mes prochaines invitations à diner !

Conclusion 2 : Je ne suis pas encore assez au top pour vous parler de la manière dont la nourriture en dit long sur la caste ou sur l’appartenance géographique d’un Indien, mais j’espère que cela changera, notamment avec mon séjour dans le Sud du pays début décembre, sûrement ponctué de découvertes gustatives…

Publicités

3 réflexions au sujet de « Les 10 commandements de l’estomac (2/2) »

  1. j’ai beau ajouter du curcuma et du poivre dans beaucoup de mas plats(réputés anti-infalmatoires, j’ai l’impression qu’un petit stage s’impose en Inde pour être à la hauteur!
    A bientot de te lire .
    Bises.K

  2. à Munich aussi ils font beaucoup de « chai », très bon et réconfortant pendant les longues soirées d’hiver 🙂 « es klingt ein bisschen wie Weihnachten » m’a dit une Allemande… Je sais pas de ton point de vue Elise, mais c’est vrai que ça rappelle un peu Noël (enfin sans doute trouveras tu le chai Munichois fadasse en comparaison au chai New dehlien ^^)

Manifester son admiration/son indignation

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s