A la rencontre de Bombay, Shantaram

Shantaram ? Est-ce une nouvelle formule de politesse à la mode ? Une sauce de légumes particulièrement épicée ?

Mieux, c’est un surnom. Le surnom d’un évadé de prison australien qui atterrit en Inde, à Bombay, cadre du livre éponyme (Shantaram) dont il est question aujourd’hui. On est là face à un bon gros livre comme on les aime, dans lequel on plonge dès les premières pages. Le héros, un étranger, blanc, qui ne connait rien de l’Inde, débarque là un peu par hasard et doit s’adapter à la ville de Bombay pour ne pas être démasqué, repris par la police, et renvoyé en prison. Et il faut dire qu’il ne s’en sort pas mal, entre bars pour jeunesse dorée, sombres fumeries d’opium, bidonvilles tentaculaires et Histoire d’amour tarabiscotée. On passe d’une page à l’autre du Bombay des touristes à celui des guides touristiques, au Bombay de Bollywood à celui du marché noir, au Bombay des prostituées à celui des gourous en tout genre ; en découvrant comment ces diverses facettes se lient subtilement pour ne former qu’une seule ville. Ce sont autant sur les différents aspects de la ville que de l’humain (et notamment du héros-narrateur) que l’on s’interroge.

La fin du livre est un peu moins extraordinaire, mais si vous avez l’intention d’aller en Inde (particulièrement à Bombay), ou mieux si vous y avez déjà mis les pieds, ce livre vous plaira forcément. Si ce n’est pas votre cas, il vous donnera sûrement envie de venir.

Autant que sur Shantaram, je voudrais orienter cet article sur Bombay. Je vous propose donc deux citations extraites du début du livre ainsi que quelques photos que j’ai prises à Bombay fin décembre.

DSC00687

« La première chose que j’ai remarquée à Bombay, le premier jour, était l’odeur d’un air différent. J’ai pu la sentir avant même de voir ou d’entendre quoique ce soit de l’Inde, dès que j’ai parcouru le tunnel sui reliait l’avion à l’aéroport. J’étais exité et ravi par l’odeur de cette première minute à Bombay (…)

DSC_6851

La mosquée Haji Ali.

Je sais maintenant que c’est l’odeur douce et suintante de l’espoir, qui est le contraire de la haine ; et c’est l’odeur aigre et confinée de la cupidité, qui est le contraitre de l’amour. C’est l’odeur des Dieux, des démons, des empires et des civilisations en plaine décomposition et résurrection. C’est l’odeur de chair bleue de la mer, où que vous soyez dans Island City, et c’est l’odeur de sang et de métal des machines. C’est l’odeur de l’agitation, du sommeil et des déchets de soixante millions d’animaux, dont plus de la moitié sont des hommes et des rats. C’est l’odeur des chagrins, de la lutte pour la survie, des échecs et des amours qui font naître notre courage. C’est l’odeur de dix mille restaurants, cinq mille temples, autels, églises et mosquées, et de cent bazars consacrés exclusivement aux parfums, aux épices, à l’encens et aux fleurs fraîchement coupées.

DSC_6821

(…)

C’était la pire bonne odeur du monde. »

"Le familier et l’exceptionnel, dans leur contraste, m’entouraient de toutes parts."Gateway of India.

« Le familier et l’exceptionnel, dans leur contraste, m’entouraient de toutes parts.« 
Gateway of India.

« Le familier et l’exceptionnel, dans leur contraste, m’entouraient de toutes parts. Un char à bœuf était arrêté à un feu rouge, à côté d’une voiture de sport. Un homme était accroupi pour faire ses besoins derrière l’abri discret d’une antenne satellite. Un chariot élévateur déchargeait des marchandises d’une antique charrette en bois. Tout donnait l’impression qu’un passé lointain, à la fois laborieux et infatigable, s’était écrasé dans les barrières du temps, intact, dans son propre futur. »

DSC00736

Shantaram, Gregory David Roberts.

Publicités

2 réflexions au sujet de « A la rencontre de Bombay, Shantaram »

Manifester son admiration/son indignation

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s